Les ornements du chapeau féminin au 19e siècle

Les ornements du chapeau

La fleur et la plume sont les ornements qui mettent le mieux en valeur les chapeaux.

La fleur est le travail du "parurier" et la plume est le travail du "plumassier", tous les deux sont des métiers d'art.

Les fleurs

joli chapeau orné de fleurs

A l'exposition de Londres de 1855, il était dit ceci concernant les fleurs artificielles crées en France :

"Il n'y a que des Françaises, surtout des Parisiennes, qui sachent chiffonner les fleurs artificielles"

Fabrication des fleurs


Les pétales des fleurs sont fabiquées dans les tissus suivants : batiste, gaze, crêpe, soie, mousseline, coton, nansouk. Les feuuilles sont en taffetas, peluche, velours ou satin.

Les pistils ou étamines sont fabtiquées avce des matières première différentes.

Le tissu est apprêté à l'amidon, découpé en pétales ou en feuilles. Les pétales sont teints, essorés entre du buvard mis à sécher sur des claies puis au séchoir.

Le tissu est mis en forme par des outils chauffés. Les fers pour effectuer ce travail sont chauffés avec un réchaud à l'alcool.

Les pétales sont collés autour du coeur sur un laiton jusqu'à formation complète de la fleur.

Le feuillage et la tige sont ajoutés si le modèle l'exige.

Les méthodes ont sans doute évolué. Vous le verrez en cliquant sur les liens ci-dessous.

La confection des fleurs pour chapeaux est encore faite par la maison Lemarié qui emploie (yait) 25 personnes et présente (ait)  plusieurs collections par an. Ces informations sont sans doute à revoir !

La maison Légeron crée, elle aussi, des fleurs pour la mode et les accessoires de haute-couture et du prêt-à-porter de luxe.

Vous voulez en savoir plus sur ce métier : Fleuriste haute couture

Les plumes


chapeau orné d'une plume

Elles proviennent des animaux suivants :


Tous les oiseaux de régions : coq, dinde, canard, dindon, pintade, oie, paon, faisan, etc...

La plume d'autruche est beaucoup travalllée par le plumassier. La plume "pleureuse" est une longue plume d'autruche.

L'oiseau du paradis ne peut être utilisé car il a été protégé.

Avec les plumes de faisan on peut faire de jolis papillons.

Le marabout ou l'autruche servent à faire "les boas", écharpes que les femmes portent autour du cou.

Le plumes sont classées ainsi :

- Les grandes plumes ou pennes dont l'axe est rigide et les barbules recourbées accrochées aux barbes voisines (il est difficile de les détacher les unes des autres)

- Les plumes ordinaires semblables aux précédentes mais moins longues.

la plume

- Les plumules ou duvet dont la hampe et les barbules sont molles, elles n'adhérent pas entre elles.

- Les  plumes filiformes ou vibrisses, réduites seulement à leur hampe, ressemblant ainsi à un poil, chaque plume porte le nom de la partie dont elle provient : tête, collet, aile, queue ou de sa forme : crosse (courbée) coquille (arrée) nageoire (ronde).

Le travail des plumes


Le travail des plumes s'effectue de la façon suivante :

Elles sont d'abord lavées, savonnées et rincées.

Pour teindre les plumes on utilise la teinture qui sert à teindre les tissus.

Les plumes sont ensuite  séchées au sèche-cheveux puis passées au-desus d'une source de vapeur pour leur redonner du volume.

Elles peuvent être collées entre elles, écartées, découpées, redressées et même frisées.

Pour faire une houppe on utilise des plumes de coq. Elles sont fixées au moyen d'un fil  à une tige de fer : on part des plus petites qui sont courbées puis on prend des plus longues et ainsi de suite jusqu'au résultat désiré.

Les plumes d'autruche demandent à être transformées, les plumes de fantaisie aux motifs plus variés sont le plus souvent utilisées naturellement.


Héloïse Leloir est bien connue des historiens du costume. Elle est l’une des meilleures illustratrices des robes à la mode du règne de Napoléon III.

Elle a su représenter avec beaucoup de finesse et de délicatesse les ornements de l'habillement des dames comme en témoigne la gravure ci-dessous

les ornements des chapeaux


Fabrication des chapeaux

A revoir : Les chapeaux