L'origine du God save the king

L'origine su God save le king

Musée des Familles, Juillet 1855


... Si la reine d'Angleterre visite Paris, comme on l'annonce, la musique française ne manquera pas de saluer sa bienvenue du fameux air : God save the king. Or, Sa Majesté Victoria Ire elle-même sait-elle l'origine de l'air national de ses trois royaumes ? elle pourrait l'ignorer, avec beaucoup de savants, - et nous avons, quant à nous, que nous venons seulement de l'apprendre. Le fait est assez original, et assez important, pour intéresser nos lecteurs, - surtout au moment où les airs anglais et français, si longtemps en désaccord, forment une harmonie fraternelle et cordiale.

L'Angleterre doit le God save the king à la France, et voici comment.

Un jour Mme de Maintenon avait exprimé le désir d'avoir un beau cantique, paroles et musique, pôur le faire exécuter par les demoiselles de la maison royale de Saint-Cyr, toutes les fois que le roi Louis XIV entrerait dans la chapelle. Le désir de Mme Maintenon fut bientôt satisfait, et lors d'une prochaine visite de Louis XIV à Saint-Cyr, les demoiselles chantèrent le cantique suivant mis en musique :

Grand Dieu, sauvez le Roi !
Grand Dieu, vengez le Roi !
Vive le roi !
Que toujours glorieux,
Louis victorieux
Voie ses ennemis
Toujours soumis !


Quelque temps après, l'illustre musicien Haendel étant en France entendit chanter à Versailles le cantique, accompagné d'un brillant orchestre. Il fut ravi de son effet puissant et majestueux, produit toutefois par des moyens bien simples.

Haendel obtint de la supérieure de Saint-Cyr la permission de copier l'oeuvre musicale, et, de retour en Angleterre, il l'offrit au roi Georges 1er.

Or, qui avait composé cette musique ? - C'était Lulli - Et qu'a-t-on fait, en Angleterre, du cantique des demoiselles pensionnaires de la maison de Saint-Cyr ? On en a fait le chant de bravoure, l'air national de l'Angleterre, le fameux God Save the King.
PITRE-CHEVALIER

Cet hymne on l'a entendu résonner pendant une semaine aux Jeux Olympiques  et, en l'entendant j'ai pensé à ses origines qui, je pense,sont peu connues.