Les appartements de l'impératrice Eugénie sous le second empire

Les appartements de l'impératrice

A Saint Cloud

C'est dans les appartements privés de l'impératrice et notamment dans les trois salons de réception que nous trouvons la marque d'un style.


A cette époque, la mode était d'assortir les couleurs et de faire jouer toute l'ornementation dans une gamme unique.

Les trois salons ont une forte inspiration Louis XVI, remis au goût du jour.

Le Salon Bleu était celui où se tenait l'impératrice, là, elle recevait et donnait audience Au-dessus des portes de ce salon, Dubufe avait peint les portraits des plus belles amies de limpératrice, chacune représentant une nation étrangère.


Le Salon rose est peint par un jeune artiste d'origine anglaise Chaplin, tout y est en camaïeu rose, clair pourlesgrandes surfaces, vif pour les motifs d'ornement. Il y avait des fleurs au-dessus des portes et au plafond la naissance du prince héritier parmi des fleurs et des amours en était  le thème. Il représente "Le trimphe de Flore". Ce salon était le salon d'attente.


Le Salon Vert est le premier salon, celui où la visiteuse étaient introduite, par le chambellan, après examen de son carton d'audience. On l'appelait le salon des dames. Des lambrequins en tapisserie encadraient les hautes fenêtres. Les peintures du dessus des portes représentaient des oiseaux : perroquets, piverts ou perruches. Le plafond est entièrement décoré d'une immense corbeille de fleurs où il y avait moins de fleurs que de verdure. Les meubles y sont en bois doré Louis XVI, garnis d'un Beauvais à grosses fleurs sur fond blanc, entouré d'une bordure marron à dessins d'or.

Le cabinet de travail est le lieu où l'impératrice commençait sa journée officielle. Il reflète son "goût tapissier" et suit la nouvelle mode. Les murs sont tendus d'une soie vert mat, les boiseries sont en acajou et les rideaux et garnitures de sièges sont en satin pourpre. Le lieu de prédilection de l'Impératrice  est un fauteuil capitonné et bas, sorte de chaise longue qui se tient près de la cheminée. Il est protégé par un paravent de soie verte. Un petite table-bibliothèque ronde, à casiers, et une table en bois noir sur laquelle il y a tout ce qu'il faut pour écrire se tiennent à portée de main. Face à la cheminée une table-bureau Louis XVI rehaussée de bronzes, un large canapé, et deux tables recouvertes d'un tapis de reps à la bordure de tapisserie confectionnée par l'impératrice. Un paravent en bambous dorés se masque d'un lierre poussant à sa base dans une jardinière garnie de plantes fleuries. Des torchères en bronze supportées par des figures de femmes éclairent les angles de la pièce. Sur la cheminée, une statuette en marbre  : l'"Etoile". Deux grands vases chinois en bronze garnis de plantes vertes ; une grande horloge à gaine en bronze doré, de nombreux bibelots, achèvent le décor.

Des fauteuils capitonnés, des chaises légères, un buffet bas Louis XVI rehaussé de bronzes.

La chambre à coucher, elle fait suite au cabinet de toilette, qui est blanc rechampi d'or avec  rideaux en soie blanche à garniture de soie bleue, et table à coiffer drapée de rose sous voile de mousseline. La description de la chambre à coucher du palais de Saint-Cloud est la suivante : elle possède un lit de milieu blanc rechampi d'or avec  vases d'ornement aux angles et couronne impériale en fronton, ce lit  est un mélange bizarre de Louis XV, de Louis XVI et de Second Empire, avec son capitonnage complet des pieds et des chevets. Chaises longues confortables, chaises volantes capitonnées occupent l'espace. Les tentures et rideaux sont vert d'eau, ce qui devait être du plus heureux effet dans cette pièce aux lambris blancs rehaussés d'arabesques dorées qui était l'ancienne salle de musique de Marie-Antoinette.

Pour voir les illustrations de ces différentes pièces voici un lien qui vous y menera : Napoléon III

Compiègne

La chambre de Compiègne de l'impératrice a un décor, riche mais austère comme en témoigne cette photo :

chambre d'Eugénie à Compiègne


Vous voulez en savoir plus sur Napoléon 3 voici une très bonne adresse : Napoleon.org